Le Jour d’avant (Sorj Chalandon)

Le Jour d’avant (Sorj Chalandon)


, , ,

« Venge-nous de la mine. » Si ce sont là les derniers mots écrits par le père du narrateur, ce sont aussi les premiers de Sorj Chalandon sur la quatrième de couverture du livre Le Jour d’avant, publié chez Grasset. Cette mine, c’est celle de Liévin dans laquelle furent engloutis 42 ouvriers le 27 décembre 1974. Un drame oublié de l’histoire sociale ? Pas pour Sorj Chalandon qui a vécu ce drame comme « le pire de l’injustice » (lire l’intégralité de son interview ici). Alors journaliste pour Libération, Sorj Chalandon entend un jour leur rendre justice. C’est chose faite avec Le Jour d’avant, un livre qui a touché les lecteurs, qu’ils se souviennent du drame ou non : « Je tremble, je murmure, je pleure a confié Latina dans sa critique du livre. Sorj Chalandon a réussi à me plonger dans l’atroce quotidien des mineurs en leur rendant hommage de la meilleure façon qui soit, mais il est parvenu aussi à me faire comprendre la culpabilité qui ronge le cœur de l’homme ».

Déjà très apprécié des lecteurs (Sorj Chalandon a une note moyenne de 4,26/5 pour 4406 votes), l’auteur bénéficie avec son dernier ouvrage Le Jour d’avant d’une moyenne de 4,33 sur 5, la meilleure de toutes ses notes. De là à dire qu’il s’agit de son meilleur livre ?

[Babelio]

Compétences

Posté le

6 janvier 2018

Notre site utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience. Plus d'information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close